Accueil du site > A la Une > Le CME et la prévention des (...)

Le CME et la prévention des risques

Contenu de la page : Le CME et la prévention des risques

La ville de Roscoff a toujours eu la volonté d’écouter, de laisser s’exprimer et de faire participer dans la vie locale ses habitants les plus jeunes, c’est pourquoi elle a mis en place, depuis 1997, le Conseil Municipal Enfants. De nouvelles élections auront lieu en novembre prochain.

La prévention des risques

Pour sa dernière action du mandat, le CME a souhaité réfléchir à la prévention des risques. Après avoir effectué un travail sur les différents types d’accidents et leur prévention, en faisant des recherches, ils ont rencontré le Sergent Corillon, pompier volontaire du SDIS de Saint-Pol-de-Léon. Il a répondu avec précision aux questions des conseillers sur les incendies, les accidents de la route et les risques domestiques, plus fréquents qu’on ne le pense.

Quelles sont les interventions les plus importantes ?
Sergent Corillon : « La plus grosse part des interventions concerne le SAP (secours à personnes) : 80 % des sorties – 980 sorties ambulances en 2014. »

Pouvez-vous nous parler des incendies ?
SC : « Il y a deux types d’incendies : les feux urbains (feux de maison) et les feux de forêt. Pour les feux urbains, les causes sont multiples : électrique, mauvaise manipulation, chauffage…Les incendies peuvent être également volontaires (maisons, voitures). Pour les feux de forêt, l’origine peut-être naturelle ou volontaire. Dans un incendie, les fumées sont plus dangereuses que les flammes. En cas d’incendie, il est essentiel de réagir vite et bien (d’où l’intérêt des détecteurs de fumée). Si on est surpris par un feu, il faut se mettre à l’abri et contacter le 18 (pompiers). »

Qui d’autre intervient en cas d’accident et pourquoi ?
SC : « Dans un incendie urbain, EDF, GDF, la police ou la gendarmerie, un médecin, un sapeur-pompier, le SMUR… Sur la route, la voie express : la DIR (Direction Interdépartementale des Routes) pour le balisage, la mise en place d’une déviation… Si risque de pollution : une équipe spécialisée. En cas de présence de polluants, les eaux de l’extinction de l’incendie doivent être récupérées et traitées (ex. métaux lourds, capteurs solaires…) ».

Pourquoi les extincteurs ne sont-ils pas obligatoires dans les maisons ?
SC : « C’est un projet, pour 2017, selon une directive européenne. Mais le coût d’achat est très élevé (y compris l’entretien) freine son application. Cette mesure est déjà en vigueur dans d’autres pays européens, y compris dans les voitures. »

Que faire en cas d’accident de la route ?

  • Ne pas s’arrêter derrière le véhicule
  • Baliser avant la voiture, revêtir son gilet jaune
  • Prévenir les secours : bien se repérer, donner des indications aussi précises que possible (noms identiques sur différentes communes)

Et les accidents domestiques ?
SC : « Ils sont différents selon l’âge, pour les plus âgés ce sont les chutes et pour les enfants, les brûlures. Les appareils de cuisson sont dangereux mais sont de plus en plus sécurisés. Attention au barbecue, il est recommandé d’utiliser l’allumage par charbon sécurisé ou par allume-feu spécifique, il ne faut surtout pas utiliser l’alcool à brûler car ce sont les vapeurs qui s’enflamment au-dessus du charbon. Faire attention à la direction du vent, rien au-dessus du barbecue. Les feux de friteuse sont courants, les gens ne surveillent pas suffisamment ! »

Que faire en cas d’empoisonnement ou d’intoxication alimentaire ?

  • Prévenir le 15 ou le 18
  • Le centre anti-poison de Rennes est l’un des plus documentés de France. Leur numéro pourra être communiqué par le 15 ou le 18.
  • Tenter d’identifier le produit, l’aliment en cause. Conseiller aux autres personnes de rester sur place et de consulter un médecin.
  • Malaise ou accident sur la voie publique : appeler le 18 (pompiers), ils possèdent les compétences pour venir en aide aux personnes et le matériel pour sécuriser la zone.
  • A l’école ou à la maison : contacter le 15 (SAMU). Si perte de connaissance, il s’agit d’une urgence vitale, signaler au SAMU depuis combien de temps. Si la personne est consciente, lui poser des questions notamment sur ses antécédents. Le médecin du 15 vous guidera.

Et en cas de tempêtes ?

  • Fermer les portes et les fenêtres
  • Ranger tout ce qui risque de s’envoler (mobilier de jardin)

A partir de quelle vitesse de vent est-ce une tempête ?
SC : « 80 à 100 km/h en rafale. Nous avons eu 140/160 km/h en février. Huit tempêtes et seize coups de vent conjugués à de la pluie qui a déstabilisé les racines des arbres par les sols gorgés. Il faut rester à domicile ou sécuriser ses déplacements »

Comment éviter l’inondation d’une maison ?
SC « On ne peut pas « on n’arrête pas l’eau » on peut seulement la ralentir. Les règles d’urbanisme ne permettent plus l’obtention de permis de construire dans les zones inondables. Il est prudent de surélever un peu le rez-de-chaussée des maisons. Si on a un étager : s’y réfugier, y transporter ce que l’on peut. Mieux vaut y rester que de tenter de se sauver dans une maison cernée par l’eau. Prévenir les secours qui interviendront avec les moyens les plus appropriés : camion 4*4, bateau voir hélicoptère.

N’avez-vous pas eu peur pour votre vie ?
SC : « Non, la devise était autrefois « sauver ou périr ». Aujourd’hui, les pompiers travaillent en équipe, sont bien formés et possèdent du matériel performant. Ils prennent peu de risques, sinon ils ne seraient pas efficaces. Il faut repérer les risques pour les contourner et avoir une certaine humilité face au danger. »

Quelles sont vos plus grosses interventions ?
SC : Les feux, c’est parfois très long et nous dépensons beaucoup d’énergie. Les accidents de la route sont très impressionnants. Les secours aux personnes sont aussi difficiles, il faut gérer la détresse des proches notamment en cas de décès. »

A RETENIR
  • Prendre conscience, ne pas minimiser les risques « cela n’arrive pas qu’aux autres »
  • En cas d’accident, dépasser la zone pour vous garer : les secours baliseront, sécuriseront les abords avant l’accident
  • Quel numéro appeler : le 15, le 18 ? Tous ces numéros sont inter-connectés
  • A partir de quel âge peut-on se former aux 1er secours ? A partir de 10 ans, mais 12 ans serait plutôt conseillé, on peut suivre le PSC 1 d’une durée de 8 heures.
  • Informez-vous de la météo sur meteofrance.com
  • Plus de prévention = moins de dégâts
  • Le feu est un être vivant : il ne faut pas essayer de le couvrir
  • Les expériences ont des conséquences parfois très graves
  • Le monoxyde de carbone respiré 1minute provoque une incommodation. A 2 minutes, il entraine la perte de conscience et puis le décès car il empêche l’oxygène de se fixer sur les cellules.

Cet article a été réalisé par le Conseil Municipal Enfants.